La vague de froid qui s’abat sur la Belgique peut mettre durablement en danger l’écosystème et notamment les êtres les plus fragiles comme certains oiseaux. Chacun, à son niveau, peut cependant agir.

« Chaque citoyen peut agir pour protéger les oiseaux durant ces périodes de froid, avec des réflexes simples qui doivent être relayés par les autorités et les associations » assure Delphine Bourgeois, échevine au bien-être animal à Ixelles.

Ainsi, il est recommandé de donner aux oiseaux de l’eau : celle-ci se raréfiant de plus en plus avec le gel, elle n’est pas toujours accessible naturellement. Il faut donc mettre les récipients d’eau si possible dans un endroit accessible et à l’abri du froid. Attention à ne rien ajouter dans l’eau, pas de sel ni d’huile par exemple.

Il faut également, dans le cas où les citoyens souhaitent les nourrir, favoriser une alimentation équilibrée, de préférence bio et locale : « l’alimentation que nous choisissons pour les oiseaux est importante, car c’est un cercle vertueux. Nourrir les oiseaux avec des aliments de mauvaise qualité, c’est encourager une agriculture intensive, premier facteur de disparition des espèces d’oiseaux en danger » souligne Corentin Rousseau, directeur de la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux.

En cas d’intempéries, certaines espèces utilisent aussi des nichoirs ou des abris, n’hésitez donc pas à les placer dès à présent aux jardins ou sur les balcons.

Enfin, il est recommandé de ne pas « déranger » les oiseaux qui s’installent dans les jardins ou dans les parcs, puisqu’ils doivent limiter au maximum leurs dépenses énergétiques utilisées principalement pour lutter contre le froid.

« Du côté de la commune d’Ixelles, toutes les mesures ont été prises pour faire face à cette vague de froid : par exemple, nous nourrissons au quotidien les oies et les canards des Etangs d’Ixelles, toujours en coopération avec la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux. » confirme Delphine Bourgeois.